Le cadran

Breitling - Le cadran

Recherche esthétique, raffinement des jeux de creux et de reliefs, finitions soignées, les cadrans des chronographes et montres Breitling exigent la maîtrise de méthodes de fabrication extrêmement pointues alliant les savoir-faire traditionnels aux technologies les plus modernes. Chaque détail a été étudié pour permettre une lecture optimale des informations d’un seul coup d’œil, comme sur un tableau de bord.


Breitling - Le cadran

Les cadrans sont découpés dans une plaque de laiton, où l’on perce les divers trous et guichets. Ils sont ensuite polis, puis «mis en couleur» grâce à un traitement par laquage ou par galvanoplastie (principe de l’électrolyse), dans plusieurs bains successifs parcourus par un courant électrique.


Breitling - Le cadran

Pour le cadran de la Navitimer, Breitling fait appel à un processus raffiné d’«épargne» sur fond d’argent pur ou d’or qui garantit aux indications un éclat et une lisibilité sans pareils. Les compteurs sont creusés et «azurés» (décorés de lignes en spirale), puis colorés. Les divers marquages sont imprimés à l’aide de têtes en silicone enduites d’encre, avec passages au four. Le symbole Breitling est étampé dans une bande d’or 18 ct avec une précision de 1/100 de mm, puis sablé, découpé et poli pour permettre de subtils contrastes. La pose et le rivage manuels du symbole Breitling et des index appliques exigent une très grande dextérité. Les opérations se terminent par la pose de la matière luminescente au moyen d’un stylo à buse connecté à un tuyau à pression. La fabrication du cadran Navitimer exige ainsi 23 opérations différentes.