Léon Breitling se concentrait sur les chronographes

Léon Breitling se concentrait sur les chronographes

Léon Breitling se concentrait sur les chronographes, qui étaient de plus en plus demandés à l’époque pour une utilisation industrielle, militaire et scientifique, sans oublier le monde de l’athlétisme. En 1889, Léon Breitling déposa le brevet d’un modèle simplifié, qui se démarquait de ceux de ses concurrents par son design épuré, son processus de fabrication simple et son entretien facile.

Les récompenses se suivirent les unes après les autres : la réputation de l’entreprise n’était plus à faire. Celle-ci déménagea alors dans une nouvelle usine à La Chaux-de-Fonds en 1892. L. Breitling, Montbrillant Watch Manufacturing employait déjà 60 professionnels dédiés à la création des garde-temps de précision innovants.

Léon Breitling focused on chronographs

En 1893, l’entreprise breveta un mouvement doté d’une incroyable réserve de marche de huit jours. En 1896, Breitling marque une étape importante avec la création d’un chronographe précis aux deux cinquièmes de seconde. Un modèle à pulsomètre, équipé d’une règle à calcul idéale pour mesurer le pouls d’un patient, était très apprécié des médecins. En une décennie, l’entreprise avait vendu plus de 100’000 chronographes et montres stop.

En 1905, alors que les automobiles devenaient le mode de transport préféré de la société, Léon Breitling fit breveter un simple compte-à-rebours/tachymètre capable de mesurer n’importe quelle vitesse entre 15 et 150 km/h. Le compteur Vitesse permettait aux conducteurs de calculer leur allure – la police fit de même et, peu après, les premières amendes pour excès de vitesse furent délivrées en Suisse.