La fin d’une époque

La fin d’une époque

Malgré les turbulences de la fin des années 1970, Willy Breitling conserva sa posture de grand homme de la vieille école. Il se battait avec la maladie. Ses fils, Gregory et Alain, étaient encore jeunes, et, comme beaucoup d’autres, incertains quant à l’avenir de l’industrie. Entrepreneur accompli, Willy Breitling décida qu’il était temps de prendre une retraite bien méritée. En avril 1979, peu avant sa mort, il vendit les actif restant, les noms de marques familiers et les modèles de montres établis, dont sa chère Navitimer, à l’entrepreneur visionnaire Ernest Schneider, que le hasard avait fait horloger et pilote, et dont la famille resterait aux commandes de l’héritage Breitling jusqu’en 2017.