L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean

L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean
L’appel de l’océan : découvrez la nouvelle Superocean

Breitling vient de lancer un nouveau design de sa montre de plongée sportive. La nouvelle collection reprend l’esthétique épurée de la SuperOcean Slow Motion originale des années 1960 et 1970, tout en ajoutant des caractéristiques modernes et une palette de couleurs vives. En outre, elle n’est plus uniquement une montre de plongée : avec elle, vous pouvez surfer, nager et allervous promener au bord de plage.

Dans les années 1960, la plongée sous-marine devient un sport émergent, inspirée par les aventures de l’explorateur océanique Jacques Cousteau. Dans ce sport, le temps est primordial – il se mesure presque exclusivement en minutes – et Breitling souhaite non seulement fournir la meilleure montre outil pour cette tâche, mais aussi lui donner du style.

Pour créer la première SuperOcean, les designers de Breitling ont éliminé toutes les caractéristiques superflues qui ne répondaient pas aux besoins vitaux des plongeurs sous-marins. Un anneau de cadran à fort contraste a été introduit sur l’échelle des minutes. Les index subtils ont été remplacés par des bâtons épais luminescents pour une meilleure lisibilité. Etant donné que les plongeurs(euses) n’ont pas vraiment besoin de l’aiguille des secondes, la modification la plus audacieuse de Breitling a été... de la supprimer. Elle est remplacée par un chronographe révolutionnaire basé sur les minutes, surnommé «Slow Motion» parce qu’il fallait une heure pour faire une rotation complète du cadran.

Aujourd’hui, Breitling lance une nouvelle Superocean qui reprend la philosophie de la Slow Motion, une montre outil simplifiée. Même si la collection a été repensée pour répondre aux besoins des clients modernes (l’aiguille des secondes était, évidemment, essentielle), les plus observateurs(trices) remarqueront plusieurs clins d’œil au design de l’originale.

La collection a été dévoilée aux médias, aux revendeurs et aux influenceurs lors du festival de surf et de moto, le Wheels & Waves à Biarritz. L’événement a suivi une journée d’activités sur le thème de la mer avec des visites surprises de personnalités européennes du surf, du cinéma et de la gastronomie. Les surfeurs Andrew Cotton, Jérémy Florès et Natxo Gonzalez, les acteurs Guillaume Canet (France) et Álvaro Morte (Espagne) ainsi que le chef Juan Arbelaez étaient présents.

Georges Kern, PDG de Breitling, a déclaré : «La plupart des montres de plongée ont un look assez similaire, mais la Slow Motion s’est toujours démarquée. Nous sommes très heureux de présenter notre version moderne de ce classique, la toute nouvelle Superocean.»

Faite pour la mer

Disponibles en quatre tailles (46, 44, 42 et 36 mm), les cadrans colorés de la collection sont associés à trois métaux de boîtier différents – acier, acier-or et bronze. L’alliage spécial utilisé dans les versions en bronze de 44 mm et 42 mm présente une excellente résistance à la corrosion. Toutefois, une légère patine apparaîtra au fil du temps et rendra la montre encore plus unique. Les deux options de bracelet (un bracelet sportif en caoutchouc et un nouveau bracelet métallique à trois rangées) sont dotées d’une boucle déployante qui permet d’effectuer des micro-ajustements à ­15 ­mm­ près pour un port plus confortable avec les tops thermiques et les combinaisons de plongée.

Outre son aspect esthétique, la nouvelle Superocean est également une merveille technique. Etanche à 300 m (1 000 pieds), elle est dotée de larges aiguilles et d’index revêtus de Super-LumiNova® qui permettent une lisibilité optimale sous l’eau. Grâce à sa lunette incrustée en céramique résistante aux rayures, elle ne craint ni l’usure, ni la décoloration. Pour une question de sécurité, la lunette est unidirectionnelle sur la plupart des tailles, mais bidirectionnelle et équipée d’un verrou breveté sur la 46 mm. Cette montre résiste également aux chocs, au sable et à l’eau salée. Son Calibre Breitling 17 automatique est garanti deux ans et dispose d’une réserve de marche d’environ 38 h.

Mieux encore, l’aiguille carrée des minutes, caractéristique de la Slow Motion, a fait son retour. Tout comme l’échelle des minutes à fort contraste. Les fans se souviendront également du «point», un guichet circulaire à 6 heures qui affichait différentes couleurs en fonction de l’activation du chronographe basé sur les minutes : activé, en pause ou désactivé Sur la nouvelle Superocean, un cercle situé près de l’extrémité de l’aiguille des secondes fait un clin d’œil à cette fonction très appréciée.

Des performances sérieuses, une ambiance décontractée

Le Surfer Squad de Breitling, composé de Kelly Slater, Stephanie Gilmore et Sally Fitzgibbons, est de retour avec la nouvelle collection Superocean. L’assortiment de montres comprend l’édition spéciale de la Superocean Automatic 42 Kelly Slater. Conçue en collaboration avec le champion de surf et limitée à 1000 pièces, la montre présente un cadran orange vif et un bracelet en caoutchouc vert militaire. Les couleurs s’inspirent de la montre que portait le père de Kelly Slater en surfant. 

A propos de cette collaboration, Slater déclare : «Je co-crée des montres avec Breitling depuis quelques années, mais celle-ci, en particulier, est très personnelle. Elle est inspirée de mon père, qui avait une montre avec un cadran orange qu’il portait pour surfer, aussi loin que je m’en souvienne. Le vert et l’orange sont une combinaison de couleurs que j’aimais pour les aérographes de mes planches. Cette association de couleurs m’a toujours marqué.»

La nouvelle Superocean a quelque chose à offrir à chacun. Les collectionneurs(euses) reconnaîtront la forte influence de la Slow Motion, les passionnés de sports nautiques apprécieront ses caractéristiques techniques, et les amateurs de style graviteront autour de sa polyvalence de jour comme de nuit, de la plage à la planche. La nouvelle Superocean est l’équilibre parfait entre la nostalgie de son héritage.