BREITLING ET SUGI

Breitling est fière de son partenariat avec SUGi, organisation citoyenne visant à faciliter, à partager et à mutualiser la restauration de la biodiversité et à transformer la société. Plateforme dédiée à la création de mini-forêts dans les zones urbaines, SUGi entend fournir aux résidents les outils nécessaires à la construction et à la restauration des communautés, tant sur le plan écologique que social. Le réseau mondial des planteurs de forêts, Rewilders (réensauvageurs) de SUGi crée des forêts constituées d’espèces indigènes, très denses et diversifiées, en recourant exclusivement à une technique japonaise, la méthode Miyawaki. Ces forêts urbaines SUGi sont 100% natives, 30 fois plus denses, et présentent une biodiversité 100 fois plus élevée que les plantations traditionnelles. Et elles captent 16 fois plus de carbone ! SUGi participe également au plan « Mille milliards d’arbres » lancé par le Forum économique mondial en 2020, qui est une plateforme au service d’un mouvement mondial visant à conserver, à restaurer et à faire pousser mille milliards d’arbres d’ici 2030.

DURABILITÉ

L’implication de Breitling dans le projet de SUGi est le prolongement de ses efforts pour devenir neutre en CO2 et s’établir comme marque socialement responsable ayant un impact minime sur l’environnement. Breitling a conclu des partenariats axés sur l’environnement avec Ocean Conservancy, Qhubeka et la Fondation Solar Impulse. En coopération avec la marque de vêtements écoresponsables Outerknown, Breitling a lancé une collection de bracelets de montre NATO, fabriqués en fil ECONYL®. Le nouvel écrin écologique de Breitling, recyclé et recyclable, a été conçu afin de réduire notre impact environnemental. Le partenariat de la marque avec SUGi s’inscrit dans la logique d’adhésion de Breitling aux principes du développement durable.

LIEN VERS LE NOUVEL ÉCRIN RESPECTANT LES PRINCIPES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Breitling a récemment introduit le premier écrin pliant, réutilisable et écoresponsable de l’industrie horlogère. De taille réduite et utilisant moins de composants, il contribue également à diminuer les coûts et l’impact environnemental associé au transport. Si un consommateur choisit l’ancien concept du packaging au lieu de la nouvelle option respectueuse du développement durable, Breitling proposera un don volontaire de 20 dollars US à SUGi.

Join the Rewilding Generation on sugiproject.com/subscribe

SUGi

PROJETS SOUTENUS PAR BREITLING

Elise Van Middelem, fondatrice de SUGi, est ravie du partenariat avec Breitling. Elle déclare : « SUGi donne l’opportunité exceptionnelle de transformer les sites abandonnés, les décharges, les parkings et les voies navigables en habitats idéaux pour permettre aux oiseaux de nicher, aux fruits de pousser, et à l’air pur et à la magie de la nature de prospérer. Nous avons pour mission de restaurer les communautés, tant sur le plan écologique que social, en rapprochant la nature de tout un chacun, où qu’il se trouve. Je suis enchantée d’accueillir Breitling dans notre cercle. » Dans un premier temps, Breitling soutiendra quatre grands projets de SUGi.

SAN MIGUEL TULLY

San Miguel Tully, en Australie, est un écosystème de ruisseau qui, tout comme les terres environnantes, a besoin d’être revitalisé. Purifier les écoulements d’eau est une entreprise critique pour la qualité du Parc Marin de la Grande Barrière de Corail. Les sites tels que ce ruisseau, offrant une flore exotique et rare, sont des sanctuaires de la nature. Ils constituent une oasis minuscule mais essentielle dans une grande mer de terres agricoles. Brett Krause, planteur de forêt, explique : « Avec le soutien de Breitling, la forêt Miyawaki de SUGi va restaurer l’écosystème dégradé, faire revivre la zone de forêt tropicale et contribuer à la pollinisation des arbres fruitiers. »

SUGi
SUGi

BASSIN VERSANT DE BULU

Alors que la région de Buéa, au Sud-Ouest du Cameroun, dispose d’abondances ressources en eau, les habitants locaux sont confrontés depuis une génération à une grave crise de l’eau, résultat d’une mauvaise gestion de l’eau. La croissance de la population et l’urbanisation rapide accentuent encore la pression sur la communauté. Breitling soutient ce projet ambitieux qui vise à réensauvager cinq des principaux bassins versants de Buéa. Limbi Blessing Tata, planteuse de forêt SUGi, souligne l’importance du projet : « En réensauvageant les cinq bassins versants de la ville, nous solutionnons une crise qui remonte à des décennies. »

TU’PAXIN

Debra fait partie de la nation des Yakamas, qui vit au centre de l’État de Washington. Son nom amérindien, Tu’paxin, était aussi celui de son arrière-grand-mère, une personnalité forte et protectrice de la Tribu. La forêt Tu’paxin a été nommée d’après ces deux femmes puissantes. Ce sera une forêt inspirante et éducative en forme de roue médecine. Debra a grandi en allant à la montagne tous les week-ends avec sa famille pour camper, faire de la randonnée, pêcher, cueillir et chasser. « C’est à Tu’paxin », dit-elle, « que nous enseignerons à nos enfants les aliments et les médicaments traditionnels, ainsi que nos liens avec le monde de la nature. Conçue comme une roue médecine avec les enfants au centre, ce sera la salle de classe idéale pour éveiller les jeunes esprits. Je rêve aussi d’y accueillir une classe de Maîtres Jardiniers. »

SUGi
SUGi

FORÊT GUÉRISSEUSE

La Forêt guérisseuse, dans l’État d’Idaho, cultivera une ressource abondante pour la nation des Yakamas en transformant un paysage stérile en une forêt luxuriante et prospère dans le Centre correctionnel et de réhabilitation de la nation des Yakamas. L’objectif est de nourrir la terre et de restaurer la vie des habitants. Bien qu’il n’y ait que 25 cm de précipitations annuelles, le potentiel est là pour créer une forêt d’arbres native sur ces terres. La Forêt guérisseuse enseignera la sagesse des anciennes méthodes, qui permettent aux individus de vivre en harmonie avec eux-mêmes, avec leurs voisins et avec le monde de la nature. Chef Alvarez, membre des tribus Shoshone-Bannock de l’Idaho et chef du Centre correctionnel des Yakamas, explique : « La création de notre « Forêt guérisseuse » est dédiée à la restauration spirituelle et au bien-être physique de nos résidents... et à leur cheminement dans la vie menant à une existence plus significative et plus centrée sur l’auto-guérison. »